Recherche

Connexion

 

 

 

 

 

 

C-E-A, association française des commissaires d’exposition, organise en partenariat avec l’Université Paris 8 un cycle de conférences, initié par Marianne Derrien et Nathalie Desmet, donnant la parole à des professionnels autour des pratiques curatoriales.

Qui conçoit et organise les expositions ? Comment se fabriquent-elles ? Comment sont sélectionnés les artistes exposés ?
Ce cycle de conférences a pour objectif de découvrir la réalité du métier de commissaire d’exposition. Chaque conférence sera l’occasion d’aller à la rencontre d’un « faiseur d’exposition ».
Le contenu et le calendrier des conférences seront communiqués sur le site de C-E-A.

Ce cycle de conférence reflète la diversité des profils qui évoluent dans des contextes professionnels variés et qui sont autant de personnalités aux aspirations et carrières bien distinctes.
Cette approche permet de constater que si diversité il y a, les profils sont poreux, ainsi, un commissaire peut passer de l’un à l’autre, de l’indépendance à l’institution et inversement, ou encore cumuler les profils. Les commissaires d’exposition partagent des points communs qui constituent le fondement de leur activité, de leur pratique et de leur pensée : une relation privilégiée avec les artistes ; un regard prospectif et toujours en veille sur l’actualité artistique ; une formation qui apporte une connaissance précise de l’art, son histoire, ses systèmes ; un rôle de soutien à la création artistique et émergente ; en outre, nous pouvons noter la difficulté pour un grand nombre d’entre eux de travailler dans un milieu disposant de moyens contraints et qui ne bénéficient pas de l’aura financière du marché de l’art auquel le commissaire d’exposition est souvent assimilé.

CURATORIAL FUTURES a pour objectif la création d’un espace numérique d’expérimentation, d’échange et de promotion des formes curatoriales contemporaines, intégrant une Plateforme d’expérimentation curatoriale dématérialisée. A la fois créative, cognitive et informative, la plateforme aura pour objet le soutien et l’accompagnement des pratiques curatoriales contemporaines, et prendra la forme d’une résidence éditoriale, en format individuel et collectif. Elle sera un espace de création curatoriale à vocation expérimentale, touchant la question de l’écriture et des usages numériques. Chaque année un commissaire invité pourra s’emparer de l’outil plateforme afin de questionner la pratique curatoriale elle-même. Le site intégrera : un journal de bord, un espace d’échanges, un pôle ressource et un espace curatorial.

INFORMATIONS PRATIQUES
Amphi Y – Université Paris 8 Vincennes Saint Denis
Entrée de l’Université : rue Guynemer (face au métro)
http://www.univ-paris8.fr/Acces-et-plans

Conférence gratuite et sur inscription, merci de nous envoyer un mail à cette adresse :
paris8iscuratorial@gmail.com
Dans la limite des places disponibles.

 

logop8 copy

 

 

PROGRAMME 2017/2018

> Mardi 24 octobre – Gaël Charbau, Commissaire indépendant, Fondation Hermès

> Mardi 7 novembre – Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros, le Peuple qui manque

> Mardi 14 novembre – Marc Bembekoff, Directeur du Centre d’art La Halle des bouchers

> Mardi 21 novembre – Spécial Hors-les-murs au Mac/Val – Alexia Fabre, Directrice et conservatrice en chef du Mac/Val

> Mardi 28 novembre – Nicolas de Ribou, Commissaire d’exposition indépendant

> Mardi 5 décembre – Keren Detton, Directrice du FRAC Grand Large

> Mardi 6 février – Sonia Dermience, Komplot à Bruxelles

> Mardi 20 février – Éric Mangion, directeur du centre d’art de la Villa Arson à Nice

> Mardi 27 férvier – Charles Aubin, curateur, Performa / Fondation Galeries Lafayette à Paris

> Mardi 13 mars – Madeleine Mathé, directrice du centre d’art contemporain Chanot à Clamart

> Mardi 20 mars – Claire Migraine, commissaire, thankyouforcoming / ACROSS à Nice

> Mardi 3 avril – Émilie Renard, directrice de La Galerie, centre d’art contemporain à Noisy-le- Sec

PROGRAMME 2018/2019

> Mardi 6 novembre – Émilie Renard

> Mardi 27 novembre – Jérôme Poggi

> Mardi 11 décembre – Emmanuel Lambion, art worker et Vice-président d’IKT, International Association of Curators of Contemporary Art

> 16 avril – Muriel Enjalran


BIOGRAPHIES

Gaël Charbau est critique d’art et commissaire d’exposition indépendant. Il a fondé en 2003 le journal Particules, qu’il a dirigé jusqu’en 2010. Il a été responsable de la programmation arts plastiques au Collège des Bernardins, de 2014 à 2017.
Il organise régulièrement des expositions en Europe et en Asie et collabore avec différents programmes, institutions et mécènes : la Friche Belle de Mai, l’Institut Français, le programme Audi Talents, le groupe Emerige, la Fiac, l’école(s) du Sud, la fondation d’entreprise Hermès.
Il est commissaire de la Bourse révélations Emerige et conseiller artistique pour Universcience (Palais de la découverte et Cité des Sciences). Il développe, avec le réseau des écoles nationales supérieures d’art du sud, le programme Inventeurs d’aventures qui propose durant l’année 2017 et 2018 différentes manifestations et expositions sur la jeune scène contemporaine dans le sud de la France.

Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós sont théoriciens de l’art, curateurs, fondateurs de la plateforme le peuple qui manque, créée en 2005. Ils déploient depuis plusieurs années des formats curatoriaux, qui scénographient la pensée contemporaine (fictions diplomatiques, procès fictifs, mises en scène de controverses, assemblées et expériences de pensée à l’échelle 1:1). Parmi leurs derniers projets, Le procès de la fiction (Nuit Blanche, 2017), Une Constituante migrante (Centre Pompidou, 2017), A Government of Times (Chicago, Leipzig, 2016), La frontera nos cruzo (Museo de la Inmigracion, Buenos Aires, 2015), Post-exotisme (New Haven Fort, UK, 2015), Cinéma Permanent in Leiris & Co (Centre Pompidou Metz, 2015), Au-delà de l’Effet-Magiciens (Fondation Gulbenkian, Laboratoires d’Aubervilliers, 2015), The Accelerationist Trial (Centre Pompidou, 2014). Anciens résidents de la Rebuild Foundation à Chicago. Kantuta Quirós enseigne à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, Aliocha Imhoff à l’Université Paris 1. Ils ont publié Les potentiels du temps (Manuella Editions, 2016) et dirigé Géoesthétique (Editions B42, 2014), Histoires afropolitaines de l’art, Multitudes 53-54 (2014). www.lepeuplequimanque.org

Nicolas de Ribou (1983) vit et travaille entre la France, la Belgique et l’Espagne. Il développe depuis 2009 des projets d’expositions indépendants, a été Chargé de production au Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains (2009-2011), curateur d’une collection d’art contemporain privée (2011-2016) et directeur de Poppositions, rencontre internationale d’espaces d’art indépendants (2016). De janvier à avril 2017, il est en résidence curatoriale à La Box – Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges où il met en place la programmation « Souvenir de Mwene Mutapa – Cartographie exotique d’une collection« , composée de trois volets d’expositions et de rencontres. Ses recherches s’orientent vers des problématiques territoriales au sein du monde de l’art et des pratiques artistiques, et surtout à l’émergence de ces pratiques sur des territoires donnés. Que nous donnent-elles à voir, à comprendre de nos sociétés? Comment nous construisent-elles dans notre rapport à l’autre? Comment influencent-elles notre compréhension de l’Histoire, nous permettent-elles de remettre en question nos propres constructions et celles que l’on voudrait nous imposer?
De mai à octobre 2017, il poursuit cette recherche dans le cadre de la résidence curatoriale nomade organisée conjointement par Artistes en Résidence (Clermont-Ferrand), La Kunsthalle (Mulhouse), La Malterie (Lille) et Voyons Voir, art contemporain et territoire (Aix-en-Provence), en s’intéressant plus particulièrement à la pratique de la marche et l’attention portée au paysage par les artistes. En novembre 2017, il effectue une résidence de recherche en Roumanie (Timisoara et Bucharest) sur la notion de mémoire en relation avec l’objet, la fonction, la présence, la réassignation, le remplacement, la réinvention et la destruction des mémoriaux, et plus largement des monuments érigés dans un contexte de régime dictatorial, de pouvoir autoritaire ou colonial, d’appareil esclavagiste. www.abelnicosdriou-project.com

Depuis 2014, Marc Bembekoff est directeur du Centre d’art contemporain La Halle des bouchers à Vienne (Isère).
Il était auparavant curator au Palais de Tokyo (2011-13), au musée Rodin (2009-10), au Frac Champagne-Ardenne (2007-09), et assistant de programmation cinéma au Centre Pompidou (1999-2003). En tant que commissaire indépendant, il a mené par ailleurs de nombreux projets en France et en Europe, dont le Pavillon croate à la 56ème Biennale de Venise (2015), et au sein du collectif Le Bureau/ qu’il a co-fondé en 2004.
Il a écrit pour différentes publications monographiques (Damir Očko, Henrique Oliveira, Bettina Samson, Nicolas Boulard…) et catalogues d’institutions (musée Rodin, Freud Museum, Palais de Tokyo, Centre Pompidou-Metz…).

Alexia Fabre est conservateur en chef du MAC/VAL (Musée d’art contemporain du Val-de-Marne à Vitry-sur-Seine), elle a précédemment dirigé le musée départemental de Gap de 1993 à 1998. À partir de 1998, c’est elle qui reprend, reformule et mène à bien le projet culturel et scientifique du MAC/VAL, qui ouvrira ses portes en 2005. Alexia Fabre y mène depuis une politique artistique et culturelle en direction des artistes contemporains et des publics. En 2009 et 2011, la codirection artistique de Nuit Blanche Paris lui a été confiée avec Frank Lamy, chargé des expositions temporaires du MAC/VAL.
Elle a enseigné également à l’École du Louvre, participé au comité d’experts du Grand Paris Express auquel elle participe à nouveau avec Frank Lamy pour la direction artistique de certaines gares du Val-de-Marne.
Enfin, en 2017, elle est commissaire invitée de la Manif d’Art, biennale d’art contemporain de la Québec.

Keren Detton dirige depuis 2016 le Frac Grand Large – Hauts-de-France à Dunkerque. Diplômée en histoire de l’art (Ecole du Louvre et Université Paris 1), elle suit la formation de commissariat d’exposition à l’Ecole du Magasin de Grenoble en 1999. Après des expériences professionnelles en France et à l’étranger, elle assiste Stéphanie Moisdon puis travaille, de 2005 à 2009, pour la galerie Air de Paris où elle développe une programmation d’artistes émergents (La Planck). Parallèlement, elle co-construit un programme d’un an à la galerie La Box à Bourges et participe, en 2007, au lancement de l’association C-E-A (commissaires d’exposition associés) qu’elle préside jusqu’en 2009. Elle est alors nommée au centre d’art contemporain Le Quartier à Quimper, qu’elle dirige jusqu’en 2016.

Sonia Dermience
Après avoir étudié l’histoire de l’art, Sonia Dermience (née en 1971 en Belgique) a travaillé comme assistante curatrice avant de fonder Komplot en 2002, un collectif curatorial à but non lucratif qui s’occupe des pratiques créatives nomades. Les projets de Komplot tels que Midi Zuid (sur la gentrification et la spéculation), «Vollevox» (sur la voix dans l’art contemporain) ou Architecture de la survie (sur l’architecture éphémère) ont exploré de nouveaux terrains en relation avec des objets, des espaces, des artistes et le public. Sous la dénomination de Catherine Vertige, elle a mené des recherches approfondies sur les pratiques artistiques collaboratives post-68 en Belgique; Organisé des séminaires et réalisé deux films documentaires en collaboration avec Kosten Koper. En novembre 2009, Komplot a fondé L’école publique de Bruxelles, une école d’art alternative sans curriculum fixe faisant partie d’un réseau international sous le nom de The Public School, dans le cadre d’un projet d’un an avec le «laboratoire de culture» de Bruxelles Nadine autour d’un programme de résidence. De 2010 à 2015, Komplot est situé dans un entrepôt transformé à Forest/Bruxelles où nous invitons des artistes et des curateurs à faire des expositions et des publications alors qu’une partie du bâtiment est dédié à la production de 12 ateliers d’artistes. A cette période, Komplot publie trois numéros du magazine YEAR comprenant à chaque numéro plus de 70 contributions en 320 pages et accompagné d’un vaste salon collectif. Tout en continuant à développer un réseau de programmes de résidence entre Helsinki, le Mexique, la Sicile, la Grèce… En 2015, Sonia Dermience réinitie une pratique de curating individuelle et free lance avec TRUST, le Copenhagen Arts Festival qui s’est tenu dans cinq centres d’art : Charlottenborg Kunsthal, Nikolaj Kunsthal, Gammel Strand, Overgaden, Den Frie et d’autres sites semi-publics à Copenhague. En 2017, Komplot à l’initiative de Sonia Dermience a maintenu une programmation émergente dans son lieu à Saint-Gilles ainsi qu’un projet de sculpture et workshop au Parc de la Fonderie à Molenbeek avec le Molenbeek Sculpture Park.

Eric Mangion
Éric Mangion est directeur du centre d’art de la Villa Arson depuis 2006. Il a été directeur du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur de 1993 à 2005 dans lequel il a axé une partie de la collection sur des œuvres évolutives. Commissaire ou co-commissaire de nombreuses expositions dont Self in Material Conscience à la Fondation Sandretto à Turin en 2002, Artur Barrio à l’Université de Philadelphie en 2006, Recommencer, Commencer de nouveau la peinture de Gérard Gasiorowski au Carré d’art de Nîmes en 2010 ou Modules (Thomas Teurlai, Vivien Roubaud et Tatiana Wolska) au Palais de Tokyo en 2014. Il fut également directeur artistique du festival Printemps de Septembre 2010 (Une forme pour toute action) et conseiller artistique du Festival Live à Vancouver en 2011. Il préside le festival Actoral (Marseille) depuis juin 2017 et fonde en 2018 la revue Switch (on Paper). Il prépare pour 2019 une exposition avec Pauline Curnier Jardin et Marie Losier à la Fondation d’entreprise Ricard (Paris) et une autre consacrée à la poésie sonore au Palais de Tokyo.

Charles Aubin
Basé à New York depuis 2013, Charles Aubin est curateur pour la biennale de performance Performa. Il est aussi curateur associé à la future fondation Galeries Lafayette à Paris (ouverture au public le 10 mars 2018). Diplômé de Sciences Po Paris, il a également étudié au Royal College of Art à Londres. Il a été assistant de programmation pour l’édition 2005 de Nuit Blanche puis aux Spectacles vivants du Centre Pompidou (2006-2010). En tant que curateur indépendant, Charles Aubin a conçu des expositions pour le Printemps de Septembre à Toulouse et la Biennale de Belleville à Paris.

Madeleine Mathé
Madeleine Mathé dirige le CACC à Clamart depuis 2012. Elle y développe un programme dédié à soutenir l’art contemporain, le design graphique et à faire connaître les pratiques actuelles de l’art à un public élargi. Envisageant le centre d’art comme une plateforme d’expérimentation pour la scène émergente, les expositions qu’elle propose dévoilent la pensée approfondie d’artistes dans les premières années de leur vie d’artiste. Violaine Lochu, Aurélie Pétrel, Julien Nédélec, Nicolas Boulard, Chourouk Hriech ou encore le duo suisse Petra Koelhe et Nicolas Vermot Petit-Outhenin ont dans ce sens été invités pour des expositions personnelles.
Diplômée en 2007 du Master 2 « L’art contemporain et son exposition » à l’université Paris IV-Sorbonne, Madeleine Mathé a travaillé au sein du Cneai (Chatou) et du musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Elle s’est investie sur des expositions internationales et dans l’espace public telles que Playback, Kara Walker, Channel TV, banc public, et a accompagné des artistes en résidence. Elle a parallèlement développé une pratique de commissaire d’exposition indépendante l’amenant à s’intéresser au format de l’exposition hors du white cube, avec le projet « chez Edgar », cycle d’expositions en appartement.

Émilie Renard
Emilie Renard est curatrice et critique d’art depuis 2000. Elle a été directrice de La Galerie, centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec de 2013 à 2018 http://lagalerie-cac-noisylesec.fr. Le programme de La Galerie à Noisy-le-Sec compte notamment les expositions personnelles de Hedwig Houben et Jean-Charles de Quillacq (2018), Pierre Joseph (2015), John Smith (2014), Laura Lamiel (2013), et des expositions collectives telles que Tes mains dans mes chaussures (2016-2017) commissaire associée avec Vanessa Desclaux, Problèmes de type grecs (2014), Bonjour tristesse, appétit, ennuis, désir, plaisir (2013)…
Expositions tant que curatrice indépendante : OEil de lynx et tête de bois, commissaire associée avec Barbara Sirieix, à Occidental temporary, Villejuif, (2016) ; Intense Proximité, La Triennale, Paris, (2012), au Palais de Tokyo, Paris, commissaire associée avec Mélanie Bouteloup, Claire Staebler et Abdellah Karroum à Okwui Enwezor, directeur artistique ; le cycle d’expositions Avec Bruce Lee, c’est possible (2011-2012) à l’Énsba de Lyon ; La ronde au centre d’art de la Ferme du Buisson, Noisiel (2011) ; Les Vagues au FRAC Pays de la Loire, Carquefou (2010) ; Monsieur Miroir pour le 12° prix de la Fondation d’entreprise Ricard (2010) ; INSIDERS – pratiques, usages, savoir-faire, CAPC, Bordeaux, avec Charlotte Laubard et Yann Chateigné Tytelman (2009) ; Bonnes résolutions en haute montagne, Atelier Cardenas, Paris (2007), Madame la baronne était plutôt maniérée, assez rococo et totalement baroque. Acte 1, Chapitre 2, Volume 3, Livre 4, Maison Populaire, Montreuil (2006). De 2001 à 2006, elle codirige Public, un lieu indépendant à Paris, avec Aurélie Voltz et Giovanna Zapperi. De 2002 à 2010, elle est corédactrice en chef de la revue Trouble, (troublearchives.wordpress.com) avec Boris Achour et Guillaume Désanges, fondée avec Claire Jacquet et François Piron. En 2008 et 2009, elle mène une recherche protéiforme sur les résurgences du mythe arcadien avec un colloque/festival à l’ESAD de Saint-Etienne et sur la
revue en ligne rosab.net #2 éditée par le CAPC.

Jérôme Poggi
Jérôme Poggi a fondé la galerie en 2009 après avoir exercé pendant plusieurs années dans le milieu institutionnel de l’art. A l’étranger comme attaché artistique au consulat général de France à Atlanta en 1997/98 ; en France, comme directeur adjoint du domaine de Kerguéhennec de 1998 à 2001 et comme coordinateur général du Congrès interprofessionnel de l’art contemporain en 2001/2002.
Jérôme Poggi est également médiateur agréé par la Fondation de France pour l’action des Nouveaux commanditaires qu’il met en œuvre en Ile-de-France à travers la structure « not-for-profit » Objet de production (Societies) qu’il a fondé en 2004.
Historien et critique d’art, particulièrement spécialisé dans l’histoire du commerce de l’art, il est l’auteur de nombreux articles, ouvrages et films documentaires. Centralien de formation, Jérôme Poggi est diplômé de l’EHESS et titulaire d’un mastère en histoire de l’art de l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne.

Emmanuel Lambion
Pour reprendre sa propre terminologie, Emmanuel Lambion (www.bnprojects.be) est un “art worker” basé à Bruxelles. En 18 années d’activité soutenue de commissariat, il a conçu, développé et organisé quelque 106 expositions et projets dans l’espace public. Initiateur de l’asbl Bn PROJECTS, après avoir été Responsable des Expositions au Botanique, et membre de Komplot, il est actuellement Deputy Director de l’Académie royale des Beaux-Arts (www.arba-esa.be), et responsable de la Maison Grégoire, à Bruxelles.
La programmation de ce centre d’art indépendant fondé en 1995, sis dans une maison moderniste classée de l’architecte Henry Van de Velde est prospective en invitant des artistes pour qui il s’agit souvent du premier projet d’exposition solo en Belgique. Ces dernières années y ont été notamment réalisées i.a. des expositions d’Aline Bouvy, David de Tscharner, Lieven De Boeck, Zin Taylor, Edith Dekyndt, Michaël Vanden Abeele, Raymond Gervais, Eleni Kamma, Adam Leech.
Au côté de la programmation de Maison Grégoire, Lambion a réalisé de nombreux projets extra muros, en Belgique comme à l’étranger. Il poursuit notamment depuis 2010 un cycle d’expositions intitulé Found in Translation, articulé en différents chapitres et développé dans des contextes très différents (centres d’art, institutions, fondations privées e.g. Found in Translation, chapter L au Casino Luxembourg, chapter M à Thalie Art Project).
En marge de cette activité curatoriale, il est également concepteur / initiateur de projets dans et pour l’espace public, souvent appréhendé de façon immatérielle et virtuelle: A titre d’exemples, citons notamment B-1010/be-DIX_TIEN (www.b-1010.be), programmation postale au départ d’un code postal vacant devenu celui d’une XXe commune imaginaire de Bruxelles, ou encore Park58 (www.park58.be), The Bn Project, La Biennale des Biennales, ou encore le PIETRO à Beaumont, commande publique réalisée avec Christophe Terlinden et Iwan Strauven, dans le cadre du Programme des Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France.
D’une façon générale, sa pratique s’oriente autour des concepts de décloisonnement et de questionnement des codes, normes et contextes et vise à la réactivation créative de ces derniers.
Emmanuel Lambion est également membre depuis 11 ans (Administrateur et, depuis deux ans, Vice-Président) d’IKT, l’association internationale des curateurs en art contemporain () et Administrateur de l’ABCA, section belge de l’AICA.

Muriel Enjalran
Muriel Enjalran, critique d’art et commissaire d’exposition, dirige le CRP/ Centre Régional de la Photographie Hauts-de-France depuis 2015.
Son champ de recherche critique touche au renouvellement des formes d’engagements artistiques dans l’espace public en explorant la marge de l’artiste entre le politique et l’esthétique. Elle s’intéresse également dans le champ de la photographie et de l’art vidéo aux régimes des images produites dans l’art, et leur rapport et contribution à l’Histoire. Elle a été commissaire associée de la première édition de la Biennale de Belleville en 2011, et de l’AiM, Biennale internationale de Marrakech, en 2009. Elle est spécialiste de l’oeuvre d’Hamish Fulton et a été commissaire invitée de son exposition monographique « En Marchant » présentée au Crac Languedoc-Roussillon à Sète en 2014. Elle est depuis 2012 collaboratrice de l’Independent Curators International, à New York et elle est également membre de l’aica et de l’IKT.
Lauréate du programme de résidence curatoriale porté par l’Hyde Park Art Center à Chicago en 2015, elle mène actuellement un travail de recherche sur les pratiques artistiques dites socialement engagées.

Call for residency - visual artist + writer - Fondation Thalie (Bruxelles) & Evens Foundation (Paris)Appel à résidences - un binôme artiste et écrivain.e - Fondation Thalie (Bruxelles) & Evens Foundation (Paris)Job offer - Art Historian for Curatorial Practice Program - New York (USA)Offre d'emploi - historien.ne de l'art - Curatorial Practice Program, New York (USA)