Recherche

Connexion

La puce à l’oreille – cura. Anabelle Lacroix – partenariat ACA / C-E-A

La Puce à l’Oreille

Du 15 Novembre 2019 au 16 Janvier 2020

Vernissage Jeudi 14 Novembre 2019

Galerie Art et Essai, Rennes

En partenariat avec les Archives de la critique d’art (ACA) et C-E-A (Association française des commissaires d’exposition).

Arman, Art Press, ArTitudes, Gretchen Bender, Aline Dallier-Popper, Dirk de Bruyn, Marcel Duchamp, Don Foresta, Le G.R.A.V., Otto Hahn, Pierre Henry, Pontus Hultén, Alain Jouffroy, Kanal Magazine, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, Robert Lebel, Babette Mangolte, Orlan, Gina Pane, Paris Experimental, François Pluchart, La Quinzaine Littéraire, Pierre Restany, Mimmo Rotella, Michael Snow, Tacet : Experimental Music Review, Wolf Vostell

Commissariat : Anabelle Lacroix

La Puce à l’Oreille est une exposition thématique qui propose une traversée des Archives de la critique d’art sous l’angle de l’expérimentation. Elle marque les 30 ans de l’institution, fondée en 1989 sur l’initiative de Jean-Marc Poinsot et plusieurs membres de l’AICA, soucieux de sauvegarder la mémoire vivante de la critique d’art du second XXe siècle.

S’écartant de toute définition d’une pratique, le projet s’attache surtout à mettre en valeur le choix de vocabulaire des critiques d’art pour appréhender la création contemporaine. En effet, dire qu’une exposition ou un événement artistique est « expérimental » peut faire référence à une vraie méthodologie artistique, ou trahit au contraire un manque de vocabulaire, faute de mots pour décrire une pratique qui n’est pas encore comprise –  puisque ce qui est expérimental ne cesse d’évoluer avec le temps. Décrire une œuvre comme expérimentale peut être aussi péjoratif, la qualifiant de tentative, de recherche, pour une finalité ultérieure.

Même si la critique s’en sert comme d’un mot-tiroir, l’expérimentation reste une notion d’importance pour les artistes qui l’utilisent pour remettre en cause l’ordre établi. La Puce à l’Oreille est ancrée dans l’acte fondateur de Marcel Duchamp, Katherine Dreier et Man Ray d’avoir créé le premier musée dit « expérimental » à New York : la Société Anonyme (1920-1950).

Aux côtés des publics, les critiques font l’expérience de l’art et de sa temporalité dans les expositions qui seront elles-mêmes mises en valeur à cette occasion avec de nombreux documents issus des fonds de critiques mais aussi de la Biennale de Paris, de la Galerie Urbi et Orbi, du Centre culturel canadien et américain. Au travers de l’expérimentation, l’exposition vise à créer des liens entre les pratiques artistiques et l’avant-garde tout au long du XXe siècle.

Avoir « la puce à l’oreille » c’est se douter de quelque chose, penser qu’il y a quelque chose « d’autre » qu’il reste peut être à définir. C’est une image surréaliste qui fait ainsi un clin d’œil au rôle des critiques d’art.

Open Call: Air Arabia Curator in Residence